© Lea Helfenstein

 

Défricher le rhododendron et découvrir le parc national de Killarney de tout près

Rapport d'expérience de Lea Helfenstein

Cet été, j’ai participé à un camp de travail de deux semaines dans le parc national de Killarney en Irlande. Avec d’autres volontaires de Suède, d’Allemagne, de Slovénie, de Croatie, du Monténégro, de la Tchéquie, de la Jordanie, de la Hongrie et du Mexique, j’ai aidé à endiguer le fléau du rhododendron dans le parc national.

Le lendemain de notre arrivée, nous avons fait une randonnée qui nous a bien démontré l’envergure du fléau du rhododendron. Des surfaces énormes étaient couvertes, ne laissant d’espace pour plus rien d’autre. Selon Peter, le responsable de cette campagne, le rhododendron n’est pas une plante indigène de l’Irlande. Elle fut importée au début du 19ème siècle. Le rhododendron évince les forêts indigènes du chêne et constitue donc une menace pour la végétation entière. C’est pourquoi le rhododendron est systématiquement défriché.
Le travail était très épuisant. Il nous fallait souvent ramper dans le terrain difficilement praticable et parfois grimper. Par contre, nous avons été récompensés de vues spectaculaires, et parfois nous pouvions nous rafraîchir dans le lac après le travail.

L’atmosphère dans notre groupe de volontaires était fantastique. Chaque soir, deux personnes étaient responsables pour le dîner, et c’est ainsi que nous avons fait un voyage culinaire à travers le monde durant ces deux semaines. Un soir, chacun et chacune a présenté son propre pays, et nous avons constaté  de nombreuses différences, mais également beaucoup de points communs.
J’aimerais dire en conclusion que je voudrais de toute façon participer encore une fois à ce projet et le recommander à tous ceux et toutes celles qui aiment être dans la nature et s’engager pour la sauvegarder.

Conditions de participation

23.10.2013 |  Voici les conditions de participation aux chantiers de volontariat SCI à télécharger.

Télécharger