Vivre un chantier autrement

En tant que coordinateur ou coordinatrice de chantier, tu accompagnes et animes un groupe international de volontaires en Suisse. Tu fais partie du groupe en tant que volontaire, mais tu as en plus des tâches supplémentaires, comme par exemple informer l’équipe du SCI du déroulement du chantier et jouer le rôle d’intermédiaire entre le partenaire de projet et le groupe de volontaires. Tes connaissances du lieu sont souvent aussi précieuses pour organiser des activités de loisirs avec les volontaires.

Lors d’un séminaire de préparation de deux jours, les coordinateurs et coordinatrices de chantier apprennent à travailler dans une équipe interculturelle, à résoudre des conflits de manière pacifique et à réagir correctement en situations de crise.

Contacte Maurus pour accompagner un chantier en Suisse.

congé jeunesse

Si tu travailles et as moins de 30 ans, tu es en droit d’obtenir une semaine de congé jeunesse pour faire coordinateur ou coordinatrice de chantier.

Conseils congé-jeunesse

 © Anna Gallati

Coordinateur de chantier en Romandie

Rapport d'expérience de Robin Müller, coordinateur de chantier

Robin a participé en tant que coordinateur au chantier ThéatrEvasion organisé à Lausanne sur le thème « Arts, théâtre et activités créatrices avec les enfants ». Cela lui a permis, comme aux neuf autres participants, d’avoir un aperçu intéressant à la fois sur la représentation théâtrale et sur le travail avec des enfants en demande d’asile. Ce type d’activités offre un mélange parfait de jeu, de plaisir et de développement des compétences interculturelles.

J’avais quelques doutes en me préparant à ce chantier,  j’avais surtout de la peine à imaginer le double rôle de coordinateur et de participant normal.
Lorsque je me suis retrouvé à la gare de Lausanne, j’étais très tendu à l’idée de rencontrer dans la réalité des volontaires de toute l’Europe que je ne connaissais que sur le papier.

Mon appréhension s’est vite révélée sans fondement. Les collaborateurs de Métis Arte, notre partenaire, ont reçu tous les volontaires à bras ouverts et les tensions du début se sont évaporées, grâce à la prise de contact ludique organisée dans un beau parc et agrémentée d’un délicieux petit souper.
A partir de là, l’aspect ludique s’est perpétué jusqu’à la fin du chantier. C’est la raison pour laquelle il n’y a jamais eu de démotivation ou d’ennui, malgré l’obligation de nombreuses heures de présence. Les deux responsables de l’atelier théâtre se sont engagés à fond pour entretenir la motivation du groupe et pour transmettre de façon très agréable leur remarquable expérience du théâtre et du travail avec les enfants.

Comme une famille

Les volontaires ont pu développer assez rapidement des relations chaleureuses dans les activités annexes. Ils ont appris à se connaître en préparant les repas, en partant ensemble en excursion et en participant à de stimulants débats. C’est aussi dans ces moments-là que mon rôle de coordinateur est devenu plus clair. La bonne entente du groupe me dispensait d’intervenir. Je me suis contenté d’organiser certaines excursions et d’administrer le budget. Il m’était possible d’influencer les décisions, mais c’était pareil pour tous les membres du groupe. J’estime que tous les volontaires ont fait preuve de beaucoup de  tolérance, et que c’est ce qui leur a permis de développer cet état d’esprit positif.

Les bonnes relations entre les volontaires et les responsables ont certainement contribué au fait que la deuxième semaine avec les enfants du centre de requérants s’est déroulée à ce point sans problème.
Je participerais très volontiers à un autre chantier du SCI Suisse, que ce soit en tant que coordinateur ou comme simple volontaire. L’énergie que j’ai sentie au cours de ces deux semaines était magnifique et je les garderai toujours en mémoire.